Hibernation tortue

Hibernation des tortues

S’il y a bien un phénomène qui stresse les propriétaires de tortue débutants, c’est l’hibernation. Cette inquiétude est plutôt normale, puisque notre animal s’enfouit dans le sol pour plusieurs semaines et même plusieurs mois, et qu’on ne va plus le voir pendant cette période. On s’interroge alors sur son état de santé et son bien-être, surtout par manque de connaissances du phénomène de l’hibernation.

Ici, je vous explique tout ce qu’il faut savoir sur l’hibernation des tortues, et je vous donne quelques conseils pour préparer l’hibernation, et pour faciliter le retour de votre animal lorsqu’il fera plus chaud.

C’est quoi l’hibernation ?

Il s’agit d’un ralentissement du métabolisme d’un animal lié à la température ambiante autour de l’animal. À la bonne température, la tortue est très active et elle aura même envie de s’accoupler ou de se battre au printemps et jusqu’au début de l’été. Lorsqu’il fait trop froid, le métabolisme ralentit et l’activité de la tortue également. Elle aura alors besoin d’hiberner pour économiser son énergie et certaines de ses réserves, notamment en calcium.

On parle d’animal à sang froid, mais en réalité la tortue possède un sang qui s’adapte à la température ambiante. Selon les espèces, l’optimum de température varie entre 24 °C et 32 °C. À ces températures, les tortues grandissent, sont actives et consomment un maximum d’énergie.
Quand la température baisse, la tortue vit au ralenti, puis en dessous de 10 °C, elle s’arrête presque complètement pour hiberner.

Une hibernation identique pour toutes les tortues ?

hibernation tortue conseils

Non ! Toutes les espèces de tortues n’hibernent pas. Les tortues venues d’Afrique, ayant un climat chaud toute l’année, ne savent pas hiberner. Elles sont en revanche très sensibles au froid et devront donc rester à l’intérieur, sous une lampe UV et une lampe chauffant, qui leur apporte suffisamment de lumière et de chaleur.

En France ou plus généralement en Europe, les espèces les plus courantes sont la tortue d’Hermann et la tortue grecque. Elles sont habituées au climat relativement doux de la méditerranée. On sait qu’elles commencent à hiberner en novembre pour se réveiller en mars. Leur température d’hibernation idéale est entre 5 °C et 10 °C.

Celles qui ont été importées dans le nord de la France vont avoir une hibernation plus longue, en raison d’un hiver plus long. Il est alors conseillé de les conserver dans un terrarium, pour ne pas qu’elles hibernent trop longtemps, ou qu’elles se réveillent lors d’un redoux, puis subissent une gelée quelques jours plus tard.

L’hibernation est donc différente selon les espèces et selon la région. Vous devez donc vous renseigner de manière spécifique. Une même espèce n’aura pas les mêmes besoins que vous soyez au sud de l’Espagne ou au tout nord de la France.

Préparer la zone d’hibernation

Une tortue qui vit en extérieur toute l’année, notamment dans le sud de la France, va se débrouiller presque toute seule, pour peu qu’il y ait un sol suffisamment meuble pour creuser dans son enclos. Généralement, le lieu de l’hibernation se fera dans la cabane ou la cachette qu’elle utilise comme abri. Elle va simplement creuser plus profondément pour trouver une température ambiante adéquate à son hibernation.

Il lui suffit de creuser à quelques dizaines de centimètres dans le sol pour trouver une température qui restera constante entre 10 et 14 degrés, même lorsque l’hiver sera au plus froid. Votre travail sera de recouvrir le trou avec du foin sec ou bien des feuilles ramassées en automne.

S’il n’y a rien au-dessus, qu’elle a creusé dans un coin de l’enclos, sans protection, alors vous ajouterez quelques planches de bois ou une plaque en tôle pour les protéger un peu de la pluie directe et pour éviter aussi à quelques animaux de venir fouiner.

Attention aux prédateurs

hibernation tortue boite

En effet, le froid n’est pas vraiment un danger puisque la température du sol, où creuse la tortue ne descendra jamais où alors très rarement en dessous de 5 °C. Ce sont les prédateurs qui sont le plus inquiétant, et qui seraient ravis de profiter d’une tortue qui ne peut se défendre pendant son hibernation.

Si les oiseaux ne sont généralement pas un problème, les rats qui n’hibernent pas et ne migrent pas, cherchent à manger quelle que soit la température. Une simple petite morsure pourrait être fatale à votre tortue, dont le système immunitaire est lui aussi ralenti pendant l’hibernation.

Même si vous n’en croisez jamais, sachez qu’il y a des rats dans vos jardins, qui viennent régulièrement visiter l’enclos de votre tortue en été, pour récupérer les restes de nourriture qu’elle n’a pas terminé. Ils reviennent donc en hiver voir si rien ne traîne, et s’ils sont affamés, ils peuvent s’en prendre à votre animal.
Il faut donc impérativement protéger la zone, si possible avec un grille à poules aussi bien sur le haut de l’enclos qu’au niveau du sol.

Hibernation dans une région très froide

Si vous vivez dans le nord de la France, en Belgique ou bien en Suisse, ou même dans quelques régions montagneuses du sud de la France, il est préférable de ne pas laisser votre tortue hiberner à l’extérieur.

Son hibernation risque d’être trop longue, ou bien elle risque de sortir un jour où il fera meilleur, pour subir un regel qui pourrait lui être fatal. Dans ce cas, laissez la tortue ralentir son rythme naturel avant l’hibernation, et lorsqu’elle est relativement peu active et que la température s’approche des 10 °C, mettez là dans une caisse couverte de foin.

Vous conserverez cette caisse dans un garage ou dans une cave, à l’abri du froid et des prédateurs. La température dans le garage va augmenter un peu plus rapidement qu’à l’extérieur et la tortue va sortir de sa léthargie plus tôt. Elle passera alors un peu de temps dans le garage, en attendant que le gel ait vraiment disparu, et que l’air ambiant extérieur s’adoucisse.

Pour une tortue en terrarium

Il faut tout d’abord préparer votre tortue en baissant la température progressivement. On baisse généralement de deux degrés tous les deux jours la température, pour atteindre progressivement les 10 °C. On passe alors de 28 °C à 10 °C en 18 jours. Lors des 10 derniers jours, vous devez arrêter de nourrir votre tortue, pour ne pas qu’elle gaspille de l’énergie en digérant.

On pourra alors lui trouver un coin calme dans un garage qui restera entre 5 °C et 10 °C pendant tout l’hiver. Une simple caisse en bois avec du foin par dessus, est largement suffisant. Certains ajoutent de la terre, pour que la tortue puisse s’enfouir.

Quelle préparation avant l’hibernation ?

hibernation tortue

Pour une tortue vivant en extérieur, il n’y a généralement rien à faire de particulier, à condition qu’elle soit en bonne santé. Vous devez la vermifuger en été pour tuer les parasites qui pourraient envahir son système digestif le reste de l’année.

Votre tortue doit être pesée régulièrement tout au long de l’année. Elle doit prendre du poids jusqu’à ce que les températures baissent à nouveau et qu’elle commence à ralentir son métabolisme. Lors de l’hibernation, votre tortue va généralement perdre entre 5 et 10 % de son poids.

Vous devez emmener votre tortue chez un vétérinaire lorsqu’elle perd du poids pendant les mois où elle est active, et également si elle a perdu plus de 10 % de sa masse pendant son hibernation. Si votre tortue a été malade ou blessée il y a peu de temps, l’hibernation n’est pas forcément conseillée. Là encore, une petite visite chez le vétérinaire pour lui demander conseil sera probablement une bonne idée.

Faut-il faire hiberner les juvéniles ?

Ici, il y a débat chez les passionnés de reptiles. Cela dit, il n’y a aucun doute sûr l’hibernation des bébés tortues dans leur milieu naturel, elles hibernent bel et bien. Il faut savoir que les tortues naissent déjà avec des réserves qui leur permettent d’enchaîner un mois sans se nourrir, suivi d’une hibernation de plusieurs mois.

Comme pour les adultes, il y a différentes situations. Pour les tortues vivant dans un jardin, dans un pays où il ne fait pas excessivement froid en hiver, alors je conseille de laisser faire la nature. L’hibernation est innée et si on leur offre un sol suffisamment meuble, elles vont s’enfouir en attendant des jours plus chauds.

En terrarium, certains mettent en place un schéma qui semble fonctionner, avec 1 mois d’hibernation pour une tortue d’un an, 2 mois pour une tortue de 2 ans, et ainsi de suite jusqu’à 4 ou 5 mois d’hibernation.

D’autres estiment que l’hibernation est une mauvaise chose, puisqu’il y a une chance qu’une tortue juvénile ne se réveille plus. C’est vrai, mais il y a aussi bien plus de chances de réduire drastiquement la longévité de notre animal en l’empêchant d’hiberner.

Il faut tout d’abord avoir un terrarium vraiment au point, avec une température parfaite, des UVB au top, une ventilation impeccable et une alimentation riche, et même dans ce cas, le manque d’hibernation se fera ressentir un jour ou l’autre.

Il a été démontré que les tortues qui hibernent pendant l’hiver ont une meilleure croissance, une taille adulte plus grande, et surtout un taux de mortalité plus faible de 1 an à 6 ans, contrairement aux tortues qui n’hibernent pas à leur premier hiver. Pour moi, il est donc primordial de respecter la nature si on souhaite avoir des animaux en bonne santé, et les études semblent confirmer cela.

Que faire à la sortie de l’hibernation ?

sortie hibernation tortue

Les méthodes sont ici aussi différentes, selon le type d’élevage et l’hibernation choisie. Si votre tortue hiberne seule dans son enclos, vous n’avez rien à faire. La nature fait son œuvre, le soleil est de plus en plus chaud et le métabolisme de la tortue augmente en même temps que la température. Remplissez simplement son point d’eau avec de l’eau tiède, pour la réhydrater efficacement.

Pour une tortue qui hiberne dans une boite en bois, au fond du garage ou à la cave, on va attendre que les beaux jours reviennent, souvent en avril, et on commence par ouvrir simplement la boîte qu’on place à l’intérieur de notre habitation. La chaleur de la maison va réveiller progressivement notre animal.

Quelques bains d’une dizaine de minutes dans une eau à température ambiante, vont aider la tortue à se réhydrater rapidement. N’hésitez pas à peser votre animal, et si ce dernier à perdu plus de 10 % de sa masse, alors une consultation chez le vétérinaire ne sera pas de trop.

Que faire si la tortue sort d’hibernation trop tôt ?

Généralement, il ne faut pas s’inquiéter de suite, et vérifier que la tortue retourne dans son abri rapidement. Si elle ne le fait pas seule, alors remettez-là dans l’abri vous-même. Ne lui donnez rien à manger, son métabolisme va alors cramer trop d’énergie lors de la digestion, et ça peut être fatal pour elle.

Si l’abri a subi des dégâts, obligeant la tortue à sortir, ou vous obligeant à sortir l’animal de son lieu d’hibernation, il y a deux solutions. Vous pouvez immédiatement mettre votre animal dans une boite en bois remplie de foin, et la placer dans une cave ou un garage assez frais. Si ce n’est pas possible, alors vous devez la sortir de son hibernation, en la réchauffant progressivement. Vous aurez alors besoin d’une lampe UVB pour reproduire les rayons du soleil.

Hibernation d’une tortue d’eau

hibernation tortue eau

Le système d’hibernation d’une tortue d’eau est identique à celui d’une tortue de terre. Elle peut hiberner directement dans un bassin, sous l’eau. En extérieur, elle ira au fond du bassin, sous la vase ou le substrat, en attendant des jours plus chauds. La tortue utilise une partie de son intestin comme une branchie et elle peut alors s’oxygéner sans avoir besoin de sortir de l’eau.

Certaines espèces hibernent en dehors de l’eau, sous un tas de feuilles ou de foin humides aux abords d’un lac ou d’une rivière. À la maison, on peut les placer dans une caisse en boit avec un fond rempli de billes d’argile et d’eau. Cela permet de conserver une humidité suffisante pour la tortue d’eau.

Préparer l’hibernation

Pour une tortue à l’extérieur, il suffit de moins la nourrir. D’ailleurs, elle devrait au fil des jours de plus en plus frais, restreindre ses portions d’elle-même. En intérieur, vous allez espacer et réduire les portions, et arrêter de nourrir votre animal 5 à 7 jours avant l’hibernation. On va diminuer la température de l’eau entre 2 et 3 °C tous les deux jours, et réduire la lumière comme si le ciel était de plus en plus nuageux.

Lorsque la tortue aura très peu d’activité, signe que son métabolisme est prêt pour l’hibernation, vous la placerez dans un aquarium, que vous laissez dans un coin sombre et frais. L’eau doit rester entre 10 et 12 °C.

Le réveil

Vos tortues à l’extérieur vont s’éveiller en même temps que les beaux jours, sous l’impulsion de la chaleur grandissante de l’eau du bassin et des rayons du soleil de plus en plus puissants. Vous devez reproduire ça à l’intérieur, en offrant de plus en plus de lumière à l’animal, et en augmentant progressivement (2 à 3 °C tous les deux jours) la température de l’eau de son aquarium.

Au bout d’une semaine, l’eau sera presque à la bonne température et la tortue reprendre ses habitudes. Vous pourrez alors commencer à la nourrir normalement. Pour une tortue hibernant en extérieur, vous la laissez s’éveiller dans sa boite et lorsqu’elle commencera à bouger avec plus de vivacité, vous pourrez l’installer sur la plage sèche de son aquarium. Elle décidera alors toute seule quand se jeter à nouveau à l’eau.

Est-ce que toutes les tortues hibernent ?

Absolument pas ! Certaines tortues provenant de pays chaud n’hibernent pas et il faudra conserver une température élevée toute l’année en intérieur. Certaines tortues tropicales ont une baisse d’activité lors de la saison des pluies, lorsque les fleuves ou rivières des pays d’origine voient leurs eaux baisser en température. On peut reproduire ça dans un aquarium, en baissant simplement l’eau de quelques degrés.

Des tortues désertiques comme par exemple la Sulcata, n’hiberne jamais, mais elles vont en revanche estiver dans leur biotope d’origine. Quand la température est trop élevée, elle se cache plusieurs semaines dans un trou ou sous des roches, pour ne sortir que lorsqu’il fait plus frais.