Tortue de Floride : L’adorable envahisseuse

tortue de floride

C’est une tortue tristement célèbre en Europe, et un peu partout sur la planète. La tortue de Floride a connu un engouement très important des années 60 aux années 90, pour être importée et vendue dans tous les pays d’Europe, ce qui a fini par engendrer différents problèmes.

Ici, je vous dis tout ce qu’il faut savoir sur la Trachemys scripta elegans, aussi appelée tortue à tempes rouges. Son habitat, son alimentation et bien évidemment son histoire ou son élevage en Europe.

Description de la tortue de Floride

tortue floride tout savoir

Elle porte tout d’abord assez mal ce surnom, puisqu’on la retrouve bien plus en Louisiane qu’en Floride, et elle est présente dans la plupart des lacs et des étangs depuis l’Illinois jusqu’au golfe du Mexique. Il y a environ quinze sous-espèces différentes et la plus connue est la Pseudemis sricpta elegans.

C’est une tortue d’eau douce, ou tortue aqueuse, qu’on peut reconnaître assez facilement, notamment grâce aux bandes rouge et orange qu’elle arbore au niveau des tempes. Chez d’autres sous-espèces, les bandes peuvent être jaunes.

Sa carapace est, la plupart du temps, vert olive pour la dossière. Le plastron est de la même couleur lorsque la tortue est juvénile, puis il jaunit avec l’âge, pour devenir parfois jaune très clair.

Il y a un certain dimorphisme sexuel qui nous permet de différencier assez facilement les mâles des femelles, en tout cas pour les adultes. Les griffes du mâle sont courbées et plus longues, pour s’agripper plus facilement à la carapace de la femelle. Cette dernière a des griffes droites et plus courtes.

Le plastron du mâle est concave, alors que celui de la femme est convexe, pour s’emboîter l’un à l’autre plus facilement. La queue est aussi plus longue et plus large chez le mâle. Enfin, les femelles sont généralement plus grandes que les mâles.

Les tortues juvéniles sont très petites, pas beaucoup plus grosses qu’une pièce de 2 €. C’était ce qui plaisait aux parents et aux enfants dans les années 60 à 90… Le problème, c’est qu’elles grandissent assez rapidement, pour atteindre entre 20 et 40 cm à l’âge adulte, ce qu’omettaient de dire les vendeurs animaliers.

Reproduction et longévité

Les tortues sont adultes à environ 4 ou 5 ans, et elles peuvent alors se reproduire. Comme beaucoup de tortues, elle aime se reproduire au printemps, entre mars et juin. Le mâle est particulièrement excité et agressif pendant cette période. Il y a régulièrement des combats entre les différents prétendants.

Le mâle intimide la femelle, en tendant ses bras parallèlement à sa tête. Il tend les paumes de ses pattes vers l’extérieur pour montrer ses griffes et il les fait vibrer à proximité de la tête de celle qu’il souhaite honorer. Il arrive même que le mâle morde la femelle, au niveau de la tête ou des pattes. La posture de départ est identique à la posture qu’on observe lors de la défense d’un territoire, on peut donc en conclure que plutôt que de parader ou de séduire, le mâle cherche vraiment à intimider la femelle.

Avec un acte sexuel bien réalisé, la femelle pourra effectuer 2 pontes dans la même année. La femelle, qui est toujours la seule à travailler chez les tortues, va creuser un trou entre 2 et 10 cm de profondeur, pour venir pondre entre 5 et 20 œufs. L’incubation va ensuite durer entre 60 et 80 jours, avant que les petites tortues de Floride brisent leur coquille et sortent le bout de leur carapace.

Ces tortues pourront ensuite vivre entre 20 et 70 ans en moyenne. Certains experts pensent que les plus gros spécimens peuvent avoir jusqu’à 100 ans dans leur milieu naturel. C’est donc un animal qui peut avoir une durée de vie plus longue que l’enfant à qui on va l’offrir. Une raison de plus de bien réfléchir avant de se lancer dans ce type d’élevage.

Régime alimentaire

tortue floride tout savoir

On classe la tortue à tempes rouges parmi les carnivores, mais c’est plutôt un reptile opportuniste. Juvénile, elle se régale surtout de petits insectes, de charogne, de crevettes ou de tout apport protéiné. En grandissant, elle se met aux végétaux, qui peuvent alors représenter jusqu’à 30 % de son alimentation.

En captivité, il faut absolument éviter de lui donner des crevettes séchées ou des sticks pour tortues qu’on trouve dans les animaleries ou dans les grandes surfaces. Il n’y a aucun apport nutritif dans ces poussières, et la tortue de Floride aime manger frais. Crevettes ou morceaux de poisson crus, frais ou congelés, c’est ce dont elle raffole. On peut aussi lui donner de la viande blanche crue. La viande rouge est en revanche trop riche et est déconseillée, tout comme les pâtées pour chien et chat.

La tortue va également apprécier qu’on lui apporte de la nourriture vivante, comme des vers de terre, des escargots ou des gardons que vous attrapez facilement dans le lac à côté de chez vous.

La tortue a également besoin de vitamine A en quantité. Pour ça, rien de mieux qu’un morceau de foie de volaille. Enfin, à l’âge adulte, vous conservez les mêmes aliments et vous ajoutez des végétaux, comme de l’endive, des petits morceaux de pomme, du trèfles, etc.

Une mode qui coûte cher

tortue floride bebe

Entre 1960 et 1990, les tortues de Floride étaient présentes dans toutes les animaleries d’Europe et également en Asie. Elles ne coûtaient pas cher, étaient toutes petites et si mignonnes, et les vendeurs mal formés pour malhonnêtes, oubliés toujours de dire qu’elles allaient grandir jusqu’à 20 ou 30 cm, et certains parlaient même de « tortues naines »… On sait qu’au final, juste entre 1989 et 1994, plus de 4 millions d’individus ont été importés pour la vente, uniquement en France. Il y en a eu sûrement autant dans plusieurs pays d’Europe.

De nombreux problèmes

Cet achat coup de cœur trop naïf, se fait par des parents, pour leurs enfants, sans n’avoir aucune idée des soins à apporter pour ce type d’animal, de la croissance de la tortue ou de sa longévité. De nombreuses tortues sont mortes assez rapidement, faute de soins appropriés.

Les heureuses survivantes grandissent. Le petit aquarium vendu par l’animalerie ne sert plus à rien, et l’animal réclame un entretien assez important en intérieur. Il y a des contraintes d’espace vital, mais aussi d’odeur. En plus ces tortues ne sont pas folles des câlins et se montrent souvent agressives.

Beaucoup de propriétaires, toujours aussi mal renseignés et naïfs, se disent alors que c’est sûrement mieux de la « relâcher en pleine nature, où elle sera tellement plus heureuse ». Et c’est vrai ! La tortue de Floride s’acclimate très bien aux régions françaises ou Européennes, où elle n’a aucun prédateur, alors qu’en Louisiane elle croise des crocodiles ou autres tortues alligators. Elle est même encore mieux qu’à la maison…

Elle devient alors une espèce invasive, dangereuse pour l’équilibre de l’écosystème de nos lacs, fleuves et rivières. Les dommages causés sur la faune et la flore sont très importants, et d’autres espèces de batraciens ou de tortues deviennent les proies ou ne trouve plus assez de nourriture, puisque la tortue de Floride, plus grosse et plus agressive, est déjà passé par là.

Elle menace notamment la cistude d’Europe, une tortue bien de chez nous, qui est désormais menacée en France et en Suisse, à cause de la prolifération de la tortue de Floride.

Récupération des tortues de Floride

Il existe désormais des centres spécialisés dans l’accueil de tortues de Floride. Si on en trouve une dans la nature, ou si on en possède une chez soi dont on ne sait plus s’occuper, on peut l’envoyer ou l’apporter à un centre d’accueil.

Ces centres sont des lieux qui permettent d’éloigner les tortues de Floride de notre écosystème européen, et les tortues sont correctement nourries et soignées. Des parcs zoologiques s’occupent aussi de recueillir ses animaux à sang froid trop envahissants.

Aujourd’hui, l’importation de tortue de Floride est interdite, et la détention est très réglementée. On peut toujours adopter ce genre d’animal, mais il faut être conscient de ses besoins. En intérieur, elle nécessite un équipement important, avec une eau chauffée, des lampes UV et un espace d’environ 10 fois la taille de sa carapace. Elle sera donc bien mieux dans un bassin, relativement profond pour hiberner en hiver.

Attention cependant à bien clôturer le bassin, même mettre du grillage dans le sol, car la tortue de Floride est très habile pour creuser sous une clôture ou même pour escalader cette dernière. Vous l’aurez compris, c’est un animal qui réclame énormément d’attention, et qui peut être néfaste pour notre environnement. À ne pas mettre entre toutes les mains !