Tortue d’Hermann : Tout ce qu’il faut savoir !

Tortue Hermann

La tortue d’Hermann est connue comme étant le plus vieux vertébré toujours vivant en France. C’est la tortue qu’on trouve le plus en élevage en Europe, et les particuliers sont nombreux à l’adopter comme un animal de compagnie. C’est mon cas, j’en possède deux spécimens qui ont plus de 10 ans.

La tortue d’Hermann est en voie de disparition dans son habitat naturel, et il est donc interdit de la prélever lorsqu’on la trouve dans la nature. Il s’agit d’une espèce protégée et classée à l’annexe 2 du règlement européen en matière de protection animale.

D’où vient la tortue d’Hermann

Elle est la seule et unique tortue de terre vivant à l’état sauvage sur le territoire français. On la trouve essentiellement sur le contour méditerranéen de l’Europe, de la Turquie, jusqu’au Nord de l’Espagne.

Malheureusement, les populations sont de plus en plus isolées, c’est notamment le cas en France où on les trouve uniquement en Corse ou dans le Var. Leur niveau de population est inquiétant, et a tendance à la baisse, la faute à l’aménagement et l’urbanisation du littoral méditerranéen, à la fin de certaines pratiques agricoles et pastorales ou encore au prélèvement illégal des tortues pour la revente au marché noir.

En France, on l’appelle tortue d’Hermann alors que dans d’autres pays certains la nomment tortue Gmelin. En effet, en 1789, la même année, Johann Friedrich Gmelin et Jean Hermann, on décrit l’espèce.

Deux sous-espèces

  • Testudo hermanni hermanni : Ce sont les populations de tortues d’Hermann vivant en France, en Espagne et en Italie, ainsi que dans quelques grandes îles de la méditerranée occidentale.
  • Testudo hermanni boettgeri : On la trouve essentiellement dans les Balkans, en Grèce notamment et dans plusieurs petites îles de la méditerranée orientale.

Description

Une tortue d’Hermann possède une carapace ovalaire très bombée. Elle peut atteindre une taille de 25 cm de long environ pour la tortue française, alors que la sous-espèce des Balkans atteint souvent 30 cm. Sa carapace est de couleur jaune crème, à jaune verdâtre, en passant par du jaune orangé pour certains spécimens. Elle possède des motifs noirs ou vert très sombres, qui sont assez proches d’être symétrique, d’un côté à l’autre de la carapace.

On distingue une tortue d’Hermann d’une tortue Grecque grâce à quelques différences qui permettent de les reconnaître assez facilement. La tortue grecque possède une plaque cornée supracaudale (la plaque de la carapace juste au-dessus de la queue) unique, alors que la tortue d’Hermann des régions françaises a une plaque supracaudale divisé en deux parties.

 

tortue hermann difference

 

Un peu plus difficile à voir pour les novices, on remarque la présence d’un éperon corné (une petite griffe) sur le bout de la queue de la tortue d’Hermann des populations françaises. La tortue grecque n’a pas cette petite griffe sur la queue, mais elle possède un éperon corné à l’arrière de chaque cuisse.

Attention toutefois, si en France continentale, on fait facilement la différence, c’est parfois bien plus compliqué de savoir qui est qui en Corse, ou dans certains coins de l’Italie, où les tortues ont souvent des caractères mixtes, suite à la présence des deux espèces et leur accouplement ensemble. On peut donc trouver des tortues d’Hermann hybrides.

Une tortue d’Hermann peut peser jusqu’à 1 kg pour les femelles, alors que le mâle dépasse rarement les 800 grammes. Leur longévité va dépendre de leur niveau de vie, la moyenne est entre 30 et 80 années.

Adopter une tortue d’Hermann

C’est l’espèce qui s’élève le plus facilement, et c’est donc celle qu’on conseille aux débutants, amateurs de tortues. Elle est autorisée à la vente, mais sous certaines conditions. Si vous souhaitez posséder d’une à six tortues Hermann, vous devez obtenir une autorisation de détention, fournie par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP).

Si vous souhaitez élever plus de six spécimens, alors vous devez obtenir un certificat de capacité et l’autorisation d’ouverture d’un élevage. La demande se fait en préfecture.

 

tortue hermann adopter

 

En intérieur ou en extérieur ?

La tortue d’Hermann est un animal qui a besoin de retrouver des conditions similaires à son milieu naturel. Si vous vivez dans le nord de la France et que vous souhaitez donc adopter une tortue Hermann, vous aurez besoin d’un terrarium de grande taille, pour prendre soin correctement de votre tortue

Il est cependant conseillé d’adopter des tortues de ce type, lorsqu’on vit dans une région au climat tempéré, afin de la laisser vivre en extérieur. La première année cependant, un bébé tortue a besoin d’attention, et un terrarium sera souvent la meilleure solution.

La vie en intérieur

Pour votre bébé tortue, vous aurez besoin d’un terrarium d’au minimum 80 x60 cm de côté. Il faudra une lampe chauffante, afin de maintenir une température comprise entre 25 °C et 28 °C la journée, puis 20°C à 22°C la nuit. Lors de l’hibernation, il faudra une température entre 2 °C et 10 °C. Vous devrez éclairer 12 heures par jour avec une lampe UVB.

Votre terrarium va être aménagé avec un substrat composé de terreau et de tourbe. La tortue aime se tremper dans l’eau, il lui faut donc un petit bac pour se baigner et pour boire. Attention, l’eau ne doit pas être trop profonde pour ne pas que la tortue se noie. Enfin, quelques petits buissons, des rochers, ou un petit abri en bois, lui permettront de se cacher ou se protéger de la lumière lorsqu’elle ne souhaite pas la voir.

Pour un spécimen adulte, la taille minimale du terrarium doit être de 2 m x 1 m, c’est réellement le strict minimum, et si vous pouvez un enclos de 3 m de côté ne sera vraiment pas de trop pour que la tortue puisse avoir une vie agréable.

À noter que chaque mâle doit posséder son propre terrarium, sinon les tortues passent leur temps à stresser et à se battre pour le territoire. Un jour ou l’autre, un seul mâle finit par survivre… C’est la même chose pour les mâles et les femelles, qui ne peuvent rester ensemble que quelques jours tout au plus, en tout cas pour des tortues de plus de 3 ans. On peut cependant laisser plusieurs femelles ensemble.

 

tortue de terre pas cher

 

La vie en extérieur

Même en extérieur, il faut être capable de recréer l’habitat d’une tortue d’Hermann, qui reste un animal sauvage. Son espace vital et son biotope doivent être adaptés à ses exigences. Lors de ses premières années de vie, vous devez avoir un enclos parfaitement sécurisé. La tortue est légère, sa carapace n’est pas encore parfaitement solidifiée et elle n’est pas très épaisse. Un chat peut donc l’emporter dans sa gueule ou un oiseau tel qu’une buse peut facilement l’attraper pour la manger plus loin.

L’enclos doit être aussi grand que possible. Les dimensions doivent être suffisantes pour que la tortue puisse courir et vivre sa vie convenablement. Je conseille un minimum de 3 m de côté. Si vous pouvez faire du 5 x 5 m, c’est évidemment encore mieux.

L’orientation de l’enclos est très importante.Votre tortue a besoin de soleil, et elle va apprécier de se dorer la pilule au moins de 10 h à 16 h en été. Cherchez la zone la plus ensoleillée du jardin, c’est là que votre tortue sera le mieux.

On va remplir une bonne partie de notre enclos avec du substrat, et laisser une zone sans herbe, notamment la zone la plus exposée au soleil. La tortue va apprécier pouvoir s’y détendre et profiter des rayons du soleil.

Un abri est indispensable pour que la tortue se protège aussi bien de la pluie que des trop fortes chaleurs. Généralement, elle viendra dormir sous son abri pendant la nuit, et elle aura son espace de tranquillité sécurisant au cas où un prédateur parviennent à entrer dans l’enclos.

Un point d’eau est indispensable, à la fois pour boire, mais aussi pour se baigner. Comme pour un terrarium, la piscine ne doit pas être trop profonde pour que la tortue n’ait aucun risque de se noyer.

Enfin, la tortue va creuser ou escalader. Une hauteur de 50 cm de haut, avec des parois en bois, va l’empêcher de grimper. Si ce n’est que du grillage, alors elle trouvera un moyen de s’accrocher. En revanche, un grillage tout autour de l’enclos jusqu’à 20 cm de profondeur, est une excellente solution pour éviter les fugues via un tunnel.

 

tortue hermann enclos

 

Bien nourrir la tortue d’Hermann

Les tortues d’Hermann sont gourmandes et si on leur donne n’importe quoi, elles risquent de le manger… Certains n’hésitent pas à donner des croquettes ou de la pâtée pour chats, mais c’est évidemment une grosse erreur puisque la tortue d’Hermann est un herbivore et son transit va souffrir, et des maladies finiront par se déclarer. On ne donne pas non plus de pâtes ou de riz, qui vont provoquer des problèmes hépatiques, rénaux ou articulaires.

Il est conseillé de planter la nourriture de votre tortue directement dans l’enclos. Elle raffole du pissenlit, du trèfle blanc, des orties, de la chicorée sauvage, des pâquerettes, des laiterons, de l’herbe classique, du plantain ou encore des liserons des champs.

Comme l’enclos sera difficilement aussi riche et que parfois les besoins de la tortue seront plus grands, notamment avant l’hibernation, vous pouvez ajouter de temps en temps de la mâche, des endives, de la roquette, du cresson, du persil, des fanes de carottes, de navets ou de radis, des épinards des feuilles de blettes ou du céleri branche.

Les fruits de temps en temps !

On croit évidemment bien faire en donnant des fruits à notre tortue d’Hermann, mais il faut être vigilant et ne pas en abuser. Dans la nature, la tortue tombe parfois sur quelques fruits, mais c’est finalement assez rare. Elle a besoin d’énormément de fibres qu’on retrouve bien moins dans les fruits que dans les plantes, les fleurs ou les herbes citées au-dessus.

La nourriture doit donc être composée à 90 % des plantes ci-dessus, et on ajoutera 10 % de fruits, pour le plaisir et pour quelques vitamines supplémentaires. Une à deux fois par semaine, c’est largement suffisant. Les fruits conseillés pour la tortue d’Hermann sont les suivants : Les figues (qu’elles adorent réellement), les fraises, les framboises, les mûres, les myrtilles, les cerises, les mirabelles et les raisons.

On peut donner un peu d’ananas, de pastèque, de kiwi, de mangue ou de banane, mais ce type de fruit risque de provoquer facilement des diarrhées à votre animal. On ne donne donc qu’un petit morceau, si on voit que notre tortue aime vraiment ça.

 

tortue hermann nourriture

 

Des aliments à bannir ?

Il y a effectivement des aliments qu’il faut absolument éviter. Je parle un peu plus eau de la viande évidemment ou des pâtes, que la tortue ne retrouvera jamais dans son milieu naturel. Il y a cependant aussi quelques plantes à éviter, elles peuvent rendre malade votre tortue, qui très souvent ne voudra pas les manger à moins de ne pas avoir d’autre choix.

On va donc bannir le rhododendron, le lys, le laurier-rose, l’oxalis, le lupin, l’if, l’euphorbe, la renoncule bouton d’or, le séneçon jacobée, le troène, la renouée persicaire, et la canne des muets.

On trouve sur le marché des compléments alimentaires et des granulés pour les tortues. Ils sont réellement inutiles si vous donnez une alimentation équilibrée à votre tortue, qui n’a besoin de rien de plus que les aliments cités plus haut.

Quantité de nourriture à donner à sa tortue d’Hermann

Une tortue terrestre doit avoir de la nourriture à disposition à volonté, peu importe son âge ou sa taille. Le top est donc de faire pousser le garde-manger directement dans l’enclos et la tortue va se gérer toute seule. Votre tortue va se nourrir selon son activité et selon la température extérieure. Lorsqu’il fait trop chaud ou trop froid, la tortue va faire le moins d’effort possible et elle mangera peu, voir pas du tout.

Assurez-vous donc qu’il y ait toujours de la nourriture dans l’enclos, tout simplement et ajoutez parfois un petit morceau de fruit, pour faire plaisir à votre tortue.

Concernant l’eau, l’espace dédié à la baignade doit être rempli correctement chaque jour. Votre tortue boit généralement assez peu, puisqu’il y a suffisamment d’eau dans les aliments qu’elle ingurgite. En revanche, elle aime se tremper et c’est surtout de cette manière qu’elle s’hydrate. Il doit donc toujours y avoir de l’eau et de la nourriture dans l’enclos, lorsque la tortue n’est pas en hibernation.

La reproduction des tortues d’Hermann

La maturité sexuelle pour un mâle se situe à 5 ans environ, et elle est plus tardive, vers 12 ans pour les femelles. L’accouplement est assez rude, voir même brutal pour des petits animaux d’apparence si calme. Il y a une passion pour la procréation et un désir ardent chez les mâles, plutôt étonnant.

C’est un animal ovipare, qui pond donc des œufs. Une femelle va pondre entre 2 et 6 œufs en moyenne. L’incubation dure entre 2 mois et demi et 3 mois, et une même femelle peut effectuer 2 pontes par an.

C’est généralement d’avril à juin que les mâles ont le plus d’envie, et on voit donc naître la plupart des bébés tortues d’Hermann vers la fin de l’été. Pendant 1 mois, le bébé ne mange rien, il commence à se nourrir seul passé ce délai.

 

tortue hermann reproduction

 

Le prix d’une tortue d’Hermann

Si vous achetez un spécimen bébé, alors il vous en coûtera environ 100 €. Sachez qu’on ne peut pas définir le sexe avant que la tortue ait environ 5 ans. Avant ça, c’est la surprise, même si la température d’incubation permet d’avoir quelques indications.

Généralement, de 28 °C à 30 °C, toutes les tortues seront des mâles. Entre 30 °C et 32 °C, il y aura des mâles et des femelles, et entre 32 °C et 34,5 °C, l’ensemble des tortues seront des femelles.

Si vous achetez un mâle de 10 à 12 cm, et donc plus de 5 ans, il coûtera environ 160 €. Une femelle reproductible de 18 à 20 cm, est vendue à plus de 400 €, et enfin, il faudra payer 700 € pour obtenir un couple reproducteur.

Ce sont les prix moyens que l’on trouve chez les éleveurs agréés de tortues d’Hermann. Le trafic au noir est évidemment illégal et vous risquez une forte amende si vous vendez ou achetez un animal en dehors du circuit autorisé. Comme je l’explique plus haut, la tortue Hermann est en voie de disparition dans son habitat naturel, et si vous aimez ces animaux, il ne faut évidemment pas favoriser la vente sous le manteau de spécimens prélevés dans la nature.